• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

VICTOR Ayoli

VICTOR Ayoli

Gaulois sans filtre,  homme des tavernes et de bonne volupté, épicurien convaincu nourri à la tétée d'octobre.
Accessoirement reporter de guerre au Viet-Nam, cuisinier à Bangkok, hippy à Goa, bûcheron dans les Pyrénées, plongeur sous-marin à Marseille, acheteur de peaux en Turquie, de pierres précieuses en Afghanistan, directeur de presse en Provence, etc.
Surtout fainéant robuste...
 
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 06/09/2014
  • Modérateur depuis le 20/09/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 653 714 24246
1 mois 2 4 217
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 424 327 97
1 mois 17 4 13
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 22 novembre 18:44

    @alinea
    Je n’ai pas eu cette chance, mais j’ai été espanté par un mano à mano entre Ordonez et son bauf, Dominguin. Du grand art, n’en déplaise aux...
    Et Chamaco ! Et les Miura !



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 22 novembre 14:33

    L’Humain
    - moi, toi, lui, nous – est vraiment un drôle d’animal. Une sale bête…

    Il fait chaud. Très chaud. A las cinco de la tarde…

    Les vieux gradins de pierres blondes des arènes de Nîmes sont garnis jusqu’au sommet d’une foule aux couleurs excessives. Sous un soleil excessif. Pour trembler, hurler, s’enthousiasmer, applaudir, haïr de manière excessive devant un spectacle excessif.

    Un rituel ancestral codifiant le combat de l’homme et du dieu Mithra.

    La corrida.

    Transcendée ou honnie.

    A las cinco de la tarde…

    Symboliquement, c’est le combat de l’homme et de la femme. Combat toujours perdu par l’homme.

    L’homme, ici, c’est le toro, sa puissance brute, son courage insensé, ses charges désordonnée. La beauté de la force.

    La femme, c’est le torero. Léger, aérien, si féminin dans son allure et ses attitudes. Opposant à la force l’intelligence, l’esquive, le leurre. La beauté.

    Au centre du cirque, sous dix mille paires d’yeux, il y a un homme.

    Une « danseuse » dit Cabrel qui n’a manifestement jamais vu l’œil d’un toro de près. Et un monstre mythique. Six cents kilos de force brute, de bravoure, de volonté de détruire tout ce qui s’oppose à lui.

    Des deux, un seul sortira vivant. Et ce sera, presque toujours, l’homme. L’animal n’a jamais sa chance. C’est vrai. Combat inégal, certes, mais où l’homme risque toujours sa vie. Où son existence est suspendue à une erreur, une inattention. Où il frôle constamment la cogida, la blessure, le désastre, la mort.

    On est là. Assis. Pétrifié par une attention insupportable. Tous nos sens tendus vers le ballet de mort qui se déroule à quelques dizaines de mètres.

    Ambigüité de l’homme : on tremble pour le torero mais on sent pourtant monter, malgré tous les barrages de la civilisation, depuis les tréfonds cachés de notre personnalité, l’angoisse mais aussi quelque chose de moche, de sale : l’espoir honteux de la victoire du toro, de la défaite et du massacre de l’homme. Le dompteur mangé par le lion…

    La corrida, c’est du sang, de la peur, de la violence.

    C’est la mort toujours présente. Fascinante et répugnante. Appelée et rejetée.

    La corrida, c’est beau et obscène. Grandiose et pervers.

    Comme la vie. Comme la mort.

    Picasso disait : « Un bon dimanche, c’est le matin à la messe, l’après-midi à la corrida, le soir au bordel ! ».

    Je suis aussi sanguinaire que Picasso : j’aime la corrida.

    Je suis aussi nul que Montherlant : j’aime la corrida.

    Je suis aussi débile qu’Hemingway : j’aime la corrida.

    Je suis aussi crétin que Cocteau : j’aime la corrida.Je suis aussi con que la majorité des habitants natifs de la Méditerranée, de Fréjus à Perpignan : j’aime la corrida.

    Et alors ?



  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 14 novembre 14:41

    Les ONG font entrer clandestinement des immigrants en Europe à l’échelle industrielle

    Des ONG, des passeurs, la mafia de mèche avec l’Union européenne ont expédié des milliers de clandestins en Europe sous prétexte de secourir des personnes, assistés par les garde-côtes italiens qui ont coordonné leurs activités.

    Des ONG, des passeurs, la mafia de mèche avec l’Union européenne ont expédié des milliers de clandestins en Europe sous prétexte de secourir des personnes, assistés par les garde-côtes italiens qui ont coordonné leurs activités.

    Les trafiquants d’êtres humains contactent les garde-côtes italiens à l’avance pour recevoir de l’aide et récupérer leur cargaison douteuse. Les navires des ONG sont dirigés vers le « lieu de sauvetage » alors même que ceux qui doivent être secourus sont toujours en Libye. Les 15 navires que nous avons observés appartenant à des ONG ou loués par celles-ci ont régulièrement été vus quitter leurs ports italiens, se diriger vers le sud, s’arrêter avant d’atteindre la côte libyenne, ramasser leur cargaison humaine et faire route sur 260 milles vers l’Italie, même si le port de Zarzis à Tunis n’est qu’à 60 milles du lieu de sauvetage.

     Le droit international est très clair. Les personnes secourues en mer seront conduites au port sûr le plus proche, qui est la Tunisie. PAS l’Europe. Ils sont illégaux et devraient être poursuivis et tous les bateaux des ONG devraient être confisqué. Au lieu de ça « on » a avitaillé puis laissé repartir l’Océan Viking, le bateau des trafiquants d’êtres humain, vers d’autres cargaisons de migranvahisseurs.

    Les ONG font entrer clandestinement des immigrants en Europe à l’échelle industrielle (gefira.org)

    Armada d’ONG opérant au large des côtes libyennes (gefira.org)


    Migrations  : elles sont pensées, planifiées, organisées par l’ONU ! - AgoraVox le média citoyen





  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 14 novembre 14:38

    Les ONG font entrer clandestinement des immigrants en Europe à l’échelle industrielle

    Des ONG, des passeurs, la mafia de mèche avec l’Union européenne ont expédié des milliers de clandestins en Europe sous prétexte de secourir des personnes, assistés par les garde-côtes italiens qui ont coordonné leurs activités.

    Des ONG, des passeurs, la mafia de mèche avec l’Union européenne ont expédié des milliers de clandestins en Europe sous prétexte de secourir des personnes, assistés par les garde-côtes italiens qui ont coordonné leurs activités.

    Les trafiquants d’êtres humains contactent les garde-côtes italiens à l’avance pour recevoir de l’aide et récupérer leur cargaison douteuse. Les navires des ONG sont dirigés vers le « lieu de sauvetage » alors même que ceux qui doivent être secourus sont toujours en Libye. Les 15 navires que nous avons observés appartenant à des ONG ou loués par celles-ci ont régulièrement été vus quitter leurs ports italiens, se diriger vers le sud, s’arrêter avant d’atteindre la côte libyenne, ramasser leur cargaison humaine et faire route sur 260 milles vers l’Italie, même si le port de Zarzis à Tunis n’est qu’à 60 milles du lieu de sauvetage.

     Le droit international est très clair. Les personnes secourues en mer seront conduites au port sûr le plus proche, qui est la Tunisie. PAS l’Europe. Ils sont illégaux et devraient être poursuivis et tous les bateaux des ONG devraient être confisqué. Au lieu de ça « on » a avitaillé puis laissé repartir l’Océan Viking, le bateau des trafiquants d’êtres humain, vers d’autres cargaisons de migranvahisseurs.

    Les ONG font entrer clandestinement des immigrants en Europe à l’échelle industrielle (gefira.org)

    Armada d’ONG opérant au large des côtes libyennes (gefira.org)


    Migrations  : elles sont pensées, planifiées, organisées par l’ONU ! - AgoraVox le média citoyen





  • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 11 octobre 15:22

    La guerre des utérus.

    En deux ou trois générations, les populations exogènes, c’est-à-dire venues d’ailleurs, vont supplanter les populations indigènes. C’est mathématique. Ça n’a rien à voir avec un quiconque complot du « grand remplacement ». Dans nos civilisations occidentales où la religion a été remise à sa place et où les femmes sont éduquées, la démographie galopante n’existe plus. C’est bon pour la planète, mais c’est une faiblesse pour nous car en démocratie, ce sont les plus nombreux qui gagnent, d’où le réflexe de faire le plus d’enfants possibles pour écraser l’adversaire par le nombre. Lorsque nos femmes font un, deux, voire trois enfants, les femmes venues d’ailleurs - majoritairement musulmanes donc maintenue dans l’inculture par l’idéologie machiste de l’islam – en font cinq, six, sept et plus si affinité...et allocations familiales. C’est l’argent braguette ! Et la conquête sournoise, à bas bruit, où les conquis paient pour les conquérants. La konnerie à l’état pur…

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/au-bistro-de-la-toile-l-argent-243837


Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité


Agoravox.tv